Image par mollyroselee de Pixabay

Vous voulez reprendre le contrôle sur vos pensées. Vous en avez assez de perdre de l’énergie face à des scénarios qui ne se produisent que rarement. Et vous aimeriez que les incertitudes ne soient qu’un point de départ pour mieux construire l’avenir? Alors il est fort probable que cet article soit fait pour vous .

« Montez la garde à la porte de votre mental » 

Cette citation de Jim Rohn nous invite à prendre le contrôle sur ce qui alimente nos pensées. Si nous n’y arrivons pas, nous laissons quelqu’un d’autre s’approprier notre attention. Dans des périodes d’incertitudes, nous avons besoin d’esprit critique. Souvent le moment est propice pour se remettre en question. Comme la nourriture et la manière de s’alimenter ont un impact direct sur la forme de notre corps, l’information avec laquelle nous remplissons notre esprit aura un impact direct sur nos pensées, nos croyances et nos principes de vie. Tout ce que nous faisons commence par une pensée. Et si nous gardons un œil discipliné sur l’information avec laquelle nous remplissons notre esprit, nous garderons le focus de manière consistante sur les éléments qui nous importent.

À propos, et sans spolier la suite, la compétence dont nous parlons, celle de naviguer avec aisance dans un environnement qui change rapidement. C’est une des compétences professionnelles les plus demandées à l’ère de la numérisation et des changements rapides.

 

Comment nos pensées peuvent-elles nous limiter ou nous aider ?

 

Imaginez une personne qui souffre de vertige. Elle se trouve devant un pont un peu haut qu’elle doit traverser. Elle se dit « et si tout s’effondrait ? » cette pensée met un coup d’adrénaline, de la tension, les pulsations augmentent et puis elle regarde tout en bas. Et c’est comme si elle se sentait attirée totalement impuissante. Et puis cette personne se rappelle qu’en relevant le regard, elle diminuera cette sensation et reprendra un peu de contrôle. Elle relève le regard. Puis elle se concentre sur l’autre côté. Enfin elle se dit « tu vas y arriver ! imagine ta satisfaction une fois ce pont franchit ». Cette pensée la met en mouvement. Pas à pas en se concentrant sur le regard relevé et son objectif, elle traverse le pont. Que ce soit pour nous freiner ou nous faire avancer, nos pensées ont un effet direct sur notre système nerveux.

Nous avons été programmés pour survivre dans des environnements difficiles. Les pensées négatives et les émotions qui les précèdent ou les suivent nous ont permis d’éviter les dangers et de réagir rapidement en cas de crise. Nous sommes constamment à l’affût des problèmes et des dangers et nous apprenons plus naturellement des expériences négatives que des expériences positives.

Ainsi, nos pensées sont source d’énergie, d’anxiété ou de stress. Les émotions auxquelles elles sont reliées ont une action directe sur le corps, mais génèrent également maux d’estomac ou de tête, tension ou douleurs dorsales. Tous ces symptômes résultent d’une connexion entre pensées, émotions et corps.

 

Si vos pensées ne vous aident pas, transformez-les !

 

Le problème n’est pas que nous ayons des pensées négatives. Le problème vient quand nous leur donnons plus de poids qu’elles ne devraient avoir. Lorsque nous ne sommes plus prisonniers de nos pensées et que nous pensons à relever notre regard, elles perdent leur emprise et leur pouvoir de générer des émotions désagréables.

Exercice :

D’ailleurs si nous prenions le temps de fermer les yeux et de faire résonner les mots « incertitudes ou difficultés » puis « défis ou chance », en pensant à des situations vécues. Certains d’entre nous, les plus aguerris, remarqueront rapidement que les sensations physiques changent, n’est-ce pas ? Comme si les mots nous reliaient directement à des émotions, qui elles passent le relais à la sensation physique. À mois de l’avoir retravaillée, une situation qui nous a généré du stress dans le passé, nous provoque toujours des tensions physiques quand nous y repenson

 

Entrainez-vous !

  • Notons de manière régulière, 1x par jour, une ou deux pensées qui nous ont bloquées. Puis reprenons ces pensées au calme, en reformulant de manière authentique de nouvelles pensées plus aidantes. Ainsi la pensée avant de traverser le pont « et si tout s’effondrait » a été reformulée en « tu vas y arriver, imagine ta satisfaction une fois le pont franchi ». La reformulation n’est pas toujours facile et elle ne doit pas forcément être que positive, mais elle doit vous permettre de reprendre le contrôle. Elle doit vous redonner de l’énergie. Et si c’est difficile, c’est justement parce que vous êtes en train de faire évoluer votre système de croyances, votre perspective et que vous reprenez le contrôle.


  • Si vous revivez les effets négatifs de la pensée et que celle-ci vous met mal à l’aise au point de ne pas pouvoir vous concentrer, vérifiez votre posture et modifiez-la. Si les pensées et les émotions influent sur le corps, l’inverse est tout aussi valable. Adoptez une posture de confiance est aidant pour générer des solutions.

 

Vous voulez vérifier les effets de la nouvelle formulation ? Mettez-vous au calme, concentrez-vous sur votre respiration et vérifiez l’effet que cette nouvelle pensée a sur vos émotions et vos sensations physiques. L’entrainement c’est surtout difficile au début. Si vous avez de la peine, posez-vous les questions suivantes : dans l’idéal qu’est-ce que j’aimerais atteindre ? ou alors : que me dirais un(e) ami(e) ou un mentor ?  Apprenons pas à pas à reconnaitre et reformuler des pensées qui ne nous aident pas, avant qu’elles n’aient trop d’effet sur nous.

Vous trouverez l’article complet sous ce lien,

Pin It on Pinterest

Shares
Share This