Comment atteindre facilement ses objectifs?

Comment mange-t-on un éléphant ? En le découpant an tranches.
Si vous ne savez pas par où commencer, alors restez alerte et identifiez chaque jour les opportunités qui vont vous rapprochez de votre objectif !

Décomposez en fixant des étapes intermédiaires

Indispensable sur les grands projets, la décomposition en étapes intermédiaires permet de simplifier, et de rendre l’objectif plus accessible. Imaginez par exemple un déménagement : vous avez pris la décision et vous savez quand le déménagement doit être effectué puis …. vous regardez toutes les affaires accumulées… pas très motivant. Pour retrouver de l’énergie à ce moment déterminez quelles sont les tâches à faire : chercher les cartons, prendre contact avec un transporteur, prévenir les amis qui peuvent venir donner un coup de main, effectuer un tri qu’il serait judicieux de faire avant le déménagement. Ce faisant, ce qui ressemblait au début à une montagne se décompose en tâches plus simples. Vous réduisez la complexité et, pour la plupart, après avoir décomposé en sous-tâches atteignables, on se sent déjà plus léger.

L’objectif devient réalisable, les repères sont fixés. Un peu comme lorsque l’on dessine les étapes d’un voyage sur une carte, le projet ou l’atteinte de l’objectif prend forme et est de plus en plus vivant et réaliste.

Exercice de coaching

Il peut être parfois difficile de partir d’une feuille blanche pour déterminer des étapes intermédiaires. Dans ce genre de situation, l’une des manières de procéder en coaching est de se placer le jour où l’objectif a été atteint et de construire, à partir de ce moment-là successivement, l’étape qui a précédé.

    LEs objectifs

    Une aide à la prise de décision chaque jour

    « Comme si »
    question de coaching

    Parfois, il est bien, en route de se reconnecter à ce que l’on veut atteindre. Pour ce faire imaginez la réponse à la question suivante : « Admettons… vous rentrez ce soir à la maison…vous faites ce que vous faites normalement le soir. Vous allez vous coucher…et durant cette nuit… un miracle a lieu …pendant que vous dormez…et toutes les choses, qui vous ont amenées ici ou pas …sont résolues ou atteintes…et le lendemain matin, vous vous réveillez…et personne ne vous a raconté que ce miracle s’est produit. À quoi reconnaîtriez-vous en premier que ce miracle a vraiment eu lieu ? À quoi d’autre ? Et à quoi les autres le reconnaitraient ? Et à quoi d’autre ?»

    Relaxez-vous et imaginez cette question. Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit ?

    Suivre la progression

    On a toujours tendance à oublier le chemin parcouru. On se focalise très naturellement sur tout ce qui reste à faire. Faire le point régulièrement permet d’ancrer les résultats obtenus et ainsi de rendre la vision de plus en plus réaliste, comme une obsession positive qui, pas à pas vous fait franchir les étapes plus facilement. Cela redonne de l’énergie pour les étapes à venir et de la confiance sur sa propre capacité à avancer.

    Le monitoring permet de se rendre compte des étapes à parcourir et de valider la stratégie en cours. Un monitoring permet également de se rendre compte de bénéfices inattendus ou des besoins d’évolution de l’objectif ou encore des corrections à apporter lorsque par exemple une étape ne s’est pas passée comme on le voulait au départ.

    Identifiez les opportunités de développement 

    Même si nous organisons la plupart de nos objectifs, nous achevons beaucoup d’étapes de manière instinctive, même si nous n’en sommes pas totalement conscients. Le fait d’avoir un objectif clair va nous aider à prendre nos décisions chaque jour. Il va même orienter nos prises de décision. Et puis lorsque le cerveau connaît notre objectif il va rechercher et identifier plus facilement toutes les opportunités qui se présentent. Prenons l’exemple d’une personne qui s’est donné comme objectif d’améliorer ses connaissances en anglais sur une année. Il y a fort à parier que l’article dans son journal sur les différentes possibilités d’améliorer son anglais retiendra plus son attention que celle d’une autre personne. Restez à l’écoute et soyez attentif, il arrive parfois que certaines opportunités nous permettent d’atteindre notre objectif plus facilement, plus rapidement ou même par un chemin différent de ce que l’on avait imaginé.

    Commencez par la petite étape qui vous rapproche de votre objectif

     L’appétit vient en mangeant, dit le dicton, il peut être important, pour avancer, de se concentrer au début sur des étapes simples et courtes avant d’aborder des étapes plus complexes. Par exemple, s’il s’agit d’améliorer une compétence de communication, alors la 1re mesure pourrait être la réservation d’un cours de communication, d’un cours de langue ou de théâtre. Cela pourrait également être un rendez-vous avec un conseiller ou un coach pour fixer le plan d’exécution.

    En lien avec les étapes à court terme, il peut être utile de réfléchir au changement d’habitudes. Parfois il peut-être plus simple d’introduire de petits changements dans la routine journalière qui vont permettre petit à petit de développer de nouvelles compétences. Cela pourrait être, dans l’exemple précédent, de se fixer une règle d’intervenir une fois dans la journée sur un sujet où l’on n’intervenait pas auparavant et de rapporter chaque soir, dans un petit journal de bord, les améliorations constatées.

    Faire avant de comprendre : il est possible qu’au moment de démarrer, il y ait une hésitation. Est-ce que j’ai tout compris ? Je réponds : « Fais et tu comprendras ». Il n’est pas important de ne pas tout comprendre avant de démarrer. Pourquoi ? Parce que la compréhension vient par le « faire » . Prenez votre première heure de vélo: les plus chanceux ont pu être aidés, les autres ont dû se débrouiller. Et même si on a une personne bienveillante qui nous donne de l’information, il est pratiquement impossible d’expliquer tous les mécanismes qui seront utilisés. Il faut vivre simplement cette expérience et se mettre en selle. Puis on est étonné de voir comment l’apprentissage de nouvelles techniques d’équilibre vient rapidement sans pour autant avoir reçu de cours de mécanique physique. Il faut savoir que le cerveau travaille très bien, quand il est en action. Après tout, il a appris à apprendre seul dès les premiers mois, que ce soit dans la manière de communiquer ou de se mouvoir.

    ​Maintenant, il y a une explication scientifique qui vient littéralement appuyer la mise en mouvement. On sait qu’au niveau du cerveau, lorsque l’on se met en mouvement, c’est le cervelet qui est en pleine fonction. C’est lui qui régule l’équilibre. Mais il a beaucoup plus de propriétés : lorsqu’il intervient, le cervelet participe par exemple à la flexibilité cognitive, au raisonnement abstrait. Il va permettre, grâce à sa place entre les 2 hémisphères, aux parties gauche et droite de mieux travailler ensemble. La latéralisation entre les cerveaux est beaucoup plus facile ; chaque fois que vous le faites, votre cerveau est beaucoup plus efficace dans sa manière d’échanger.
    Pour ceux d’entre vous qui font des promenades ou des courses, le phénomène est connu, les idées viennent quand on est en mouvement, subitement, sans que l’on ait l’intention d’y penser. Vous avez certainement vu dans le monde professionnel des chefs qui se lèvent pour marcher et parler en même temps. Cela n’est pas toujours lié à un besoin de montrer l’autorité, c’est aussi une manière d’augmenter la qualité de la réflexion. 

    L'ajustement marginal

    Prenez un objectif ambitieux. Et si vous aviez la possibilité de réduire cet objectif ambitieux en une seule décision que vous pourriez appliquer chaque jour et qui vous amènera au plus proche de votre objectif. Je vous invite à prendre connaissance de l’histoire passionnante de Stephen Duneier, que vous pouvez retrouver sur YouTube.

     Stephen nous raconte qu’en cours, il ne lui était pas possible de se concentrer plus de 10 minutes sur une tâche. Ses professeurs ne lui prédisaient pas de grandes études. Stephen a pris une décision, la décision de réduire ses tâches d’apprentissage à 10 minutes. Après 10 minutes, il décidait de faire une pause puis de recommencer une autre tâche. Sa décision a été de décomposer une grande tâche en petites tâches et à chaque fois il devait prendre la décision d’étudier 10 minutes.

    Il a réussi brillamment ses études, travaillé pour de grandes banques et réussi dans la vie professionnelle. Il a développé la faculté de traiter de grands problèmes en les transformant en problèmes de petite taille. Par exemple, pour lire, il lisait par séquence de 10 minutes. Puis il s’est dit pourquoi ne pas appliquer cette décision dans sa vie privée. Il a par exemple appris l’allemand en une année. Il s’est dit j’ai 45 minutes à passer en train tous les jours. Que se passerait-t-il, si j’écoutais une cassette ? il l’a fait pendant 1 année il a écouté 99 cassettes. Puis il a réservé un séjour en Allemagne où il a est allé avec ses enfants et c’était pour lui extraordinaire de pouvoir s’exprimer dans une autre langue.

     Il a appris à piloter, à faire de l’acrobatie aérienne, du vélo sur une roue. Puis sa femme lui a dit « Pourquoi pas le tricot ? » Résultat son dernier challenge un crochet de 10m par 10m. Si ça vous parle, alors allez jeter un coup d’œil à sa vidéo. L’ajustement marginal: How to Achieve Your Most Ambitious Goals | Stephen Duneier | TEDxTucson.

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Join us !

    Rejoignez-nous pour recevoir les derniers articles et les dernières nouvelles.

    Votre inscription a été envoyée avec succès!

    Pin It on Pinterest

    Shares
    Share This